Acceptation de nos motions populaires

A l’attention du public et de la presse 

En ce mercredi 26 juin 2019, les deux premières motions populaires du mouvement neuchâtelois de la Grève pour le Climat ont été acceptées par le Grand Conseil neuchâtelois.

La première motion intitulée « Agissez pour un avenir viable et juste! » et rédigée par des jeunes du canton de Neuchâtel requiert du Conseil d’Etat la proposition de la déclaration de l’état d’urgence climatique et des mesures, prises si nécessaire par le biais de lois ou décrets, permettant d’arriver à un bilan d’émissions nettes de gaz à effet de serre nul d’ici à 2030, ainsi que des processus démocratiques pour garantir l’évaluation des mesures prises.

Après des résolutions déclarant l’urgence climatique dans plusieurs villes et cantons de Suisse, ce sont les revendications du mouvement de la Grève pour le climat suisse qui sont ainsi pour la première fois officiellement soutenues par un législatif cantonal, ceci grâce à l’énergie et à la mobilisation de plusieurs jeunes neuchâtelois.es.

La seconde motion intitulée « Agissez pour des investissements durables et transparents! » demande à ce que des mesures drastiques soient prises dans le but d’interdire et décourager les investissements dans les énergies fossiles par toutes les institutions dépendant de l’État et à rediriger ces fonds vers des investissements durables. Cette motion requiert également que la transparence concernant ces investissements soit de mise, ceci afin que la population puisse savoir ce qui est fait avec l’argent placé par ces institutions.

Nous remercions chaleureusement les député.e.s pour leur soutien et espérons vivement que le Conseil d’Etat, et plus particulièrement le chef du département principalement concerné, sauront prendre conscience de l’urgence climatique et environnementale qui nous pousse à agir et que des mesures concrètes permettant d’atteindre les objectifs demandés suivront.

Nous sommes d’ailleurs disposé.e.s à nous impliquer dans ce processus et à poursuivre nos rencontres avec les autorités afin d’aller dans le bon sens et nous espérons que notre coopération sera la bienvenue.

Cette première victoire ne signifie cependant pas la fin de notre mobilisation. Nous continuerons à manifester et à agir car rien n’est encore acquis et tout est à faire. Le réchauffement climatique et la destruction du vivant ne sont pas des crises, ce sont des catastrophes déjà en cours. Nous ne pouvons nous permettre d’être satisfait.e.s de ce premier pas, il faut maintenant que des transformations radicales se réalisent.

L’urgence est absolue. 

On peut retrouver ici et les résultats détaillés des votes.

Cet article a 1 commentaire

Laisser un commentaire